Accueil

Takam Tikou

La revue du livre et de la lecture des enfants et des jeunes / Afrique - Monde Arabe - Caraïbe - Océan indien

La Veillée

Langue : français Auteur : Dave Wilson,  Florent Eustache Hessou Lieu d'édition : Cotonou Éditeur : Ruisseaux d'Afrique Distributeur : Alliance internationale des éditeurs indépendants Année d'édition : 2011 Collection : Sagesses africaines Nombre de pages : 86 p. Illustration : N/A Format : 22 x 15 cm ISBN : 978-99919-323-3-0 Âge de lecture : À partir de 11 ans Prix : 2 000 CFA (Bénin), 2 500 (Afrique, 6 € (Europe)
photo de tête d'homme sculptée en bois, de profil, sur un fond marron

 

 

Troisième recueil de contes, accompagné d’un CD audio, dans la collection « Sagesses africaines » (voir Chevaux fabuleux pour sa présentation). Cette fois, l’éditeur met l’accent, dans son introduction, sur l’aspect relationnel de la veillée, moment privilégié de la transmission d’un savoir dans un cadre convivial, moment que l’on peut reproduire dans une relation avec l’enfant autour d’un livre.

La veillée est animée par Dave Wilson (romancier et dramaturge) et Florent Eustache Hessou (poète et dramaturge), tous deux journalistes au Bénin. Ils montrent, à travers ce recueil, leur attachement à la tradition orale et la nécessité de la transmettre (jolie image du grand-père défunt, métamorphosé en fumée, tançant les jeunes de le pleurer au lieu de transmettre ce qu’il leur a appris et leur envoyant le génie de l’inspiration).

Florent Eustache Hessou nous conte l’histoire de deux amis aux prises avec les esprits de la forêt. Soirée plaisante dont le conteur tire lui-même la leçon : l’amitié est plus forte que la mort.

Dave Wilson met en scène « Une veillée à Fifatomè ». Il s’agit d’un « kplé-dahô », soirée particulière dans laquelle les anciens abordent des problèmes spécifiques avec la population du village. Souvent d’actualité, le thème de cette soirée-là devait être, comme l’annonce le premier orateur, consacré à la vie. Vaste programme ! Nous avons là les jeunes rentrés au village pour les vacances, les anciens qui prennent la parole à tour de rôle, mêlant à l’envi le réel et l’imaginaire dans un même but : édifier l’auditoire. Les jeunes seront d’ailleurs sollicités en fin de soirée pour tirer les enseignements de ce qu’ils ont entendu ou ce qu’ils en auront retenu. Le village est moderne, l’instituteur fournit le micro aux orateurs. Le maire lui-même est de la partie, au milieu de ses administrés. Les anciens sont pleins de verve et de malice, on saute de contes en anecdotes pour donner une image de ce qui est peut-être l’essence de l’éducation.

Le récit est enlevé, rythmé, ponctué de proverbes. Les bons lecteurs se régaleront.

Marie-Paule Huet