Accueil

Takam Tikou

La revue du livre et de la lecture des enfants et des jeunes / Afrique - Monde Arabe - Caraïbe - Océan indien

Monde Arabe

Coup de cœur

[Je suis la chadda, je suis la plus forte]

أنا الشدة، أنا الأقوى

À partir de 4 ans
Auteur : Layla Zahed Illustrateur : Angela Nurpetlian Éditeur : Turning point

Savez-vous ce qu’est la chadda ّ ? Ce signe est placé sur une consonne, en arabe, pour indiquer qu’elle doit être doublée. Ce bel album fait le pari d’expliquer, à travers une histoire au rythme enlevé, ce qu’est la chadda et comment on l’utilise. Ayant dissipé les malentendus quant à ce qu’elle est vraiment (« ni une moustache, ni une couronne, ni une dent »), la chadda raconte qu’elle se met au-dessus des lettres pour les rendre plus fortes, comme des « superlettres ».

HC

 

› Accédez à l'intégralité de la notice


Monde Arabe

Mon imagerie français-arabe

À partir de 4 ans
Auteur : Xavier Luffin Éditeur : Milan jeunesse

Avec cette publication, les éditions Milan viennent combler un manque certain ; il n’existe en effet que peu d’imagiers aussi complets que celui-ci. Tous les thèmes de la vie quotidienne sont représentés : les premiers mots (chiffres, couleurs, formes, saisons, etc.), le corps humain, le vivre-ensemble, l’habillement, la nourriture, la maison, l’école, la ville, le travail, les loisirs, les transports, les animaux et enfin le monde.

SR

 

› Accédez à l'intégralité de la notice


Monde Arabe

Le Drame linguistique marocain

Pour adultes
Auteur : Fouad Laroui Éditeur : Zellige

Dans son essai Le Drame linguistique marocain, l’auteur et universitaire Fouad Laroui pose en profondeur le problème des langues au Maroc. Arabe classique ou fusha, arabe standard moderne, arabe dialectal ou darija, langues berbères, français, voire espagnol et anglais, toutes ces langues aux statuts si différents coexistent dans ce pays. Quelle pourrait être alors la langue fédératrice de la nation marocaine, élément fondateur de son identité ?

HC

 

› Accédez à l'intégralité de la notice


Faire une place aux dialectes, un défi pour la littérature de jeunesse du Monde arabe ?

La littérature de jeunesse du Monde arabe connaît un essor considérable depuis une quinzaine d’année. Une vraie création se développe, avec des auteurs qui se spécialisent dans l’écriture de livres pour enfants. Des artistes se consacrent à l’illustration et suivent des cursus spécialisés. De plus en plus exigeants, les éditeurs ont une production de grande qualité, et leurs publications, devenues plus visibles sur le marché international, remportent des prix, comme à la Foire internationale du livre pour enfants de Bologne ou à la Foire du livre de Londres. Cette reconnaissance de la littérature pour la jeunesse, tant dans les pays arabes qu’à l’international, lui offre une assise de plus en plus stable. Serait-ce le moment, pour cette littérature, de s’attaquer en profondeur à la question de la langue, si primordiale dans le Monde arabe ?

› Accédez à l'intégralité de l'article

Bibliothèques publiques et contexte multilingue au Maroc

Le Maroc est le seul pays à avoir octroyé à la langue amazighe le statut de langue officielle. L’arabe standard, le dialecte marocain, le français sont aussi présents dans le pays. Dans ce contexte, quelle est la place des langues dans les fonds des bibliothèques publiques ? Les livres en langues minoritaires trouvent-ils leur public ?

› Accédez à l'intégralité de l'article

Les nouvelles technologies, une réponse aux dilemmes linguistiques des éditeurs ?

Taghreed El Najjar, auteure et éditrice de la maison d’édition Al Salwa en Jordanie, a été l’une des premières dans le Monde arabe à profiter de la révolution numérique pour promouvoir ses publications. Ainsi, son site internet propose des liens pour télécharger des applications pour IPhone et IPad basées sur des ouvrages publiés récemment par Al Salwa, et la consultation, sur Youtube, d’extraits des DVD accompagnant les livres. Comment gère-t-elle la question des langues dans ce contexte ?

› Accédez à l'intégralité de l'article


Quelles langues pour la littérature de jeunesse dans les pays arabes ?

Vingt-deux pays, autant de dialectes, des langues minoritaires et une même langue standardisée en partage : le Monde arabe est loin d’être linguistiquement uniforme. Chaque pays a ses enjeux linguistiques spécifiques, liés à son histoire et à ses choix culturels et identitaires ; ces enjeux se reflètent aussi dans le domaine de la littérature pour la jeunesse. En effet, en quelle(s) langue(s) s’adresser aux enfants dans un contexte si particulier ?

Hala Bizri, bibliothécaire et chercheuse, dresse le panorama linguistique du Monde arabe et le met en résonance avec les choix de langues d’édition opérés dans la région.

› Accédez à l'intégralité de l'article

La langue, un vecteur qui importe peu

Comment se pose la question du choix de la langue d’édition dans un pays multilingue comme le Maroc où cohabitent l’arabe standard, les dialectes, les langues berbères et le français ? Quels sont les enjeux linguistiques et commerciaux à l’œuvre ?

Nadia Essalmi, fondatrice de la première maison d’édition spécialisée jeunesse du pays, répond à nos questions.

› Accédez à l'intégralité de l'article

Monde Arabe

Collection [Je lis en arabe]

سلسلة اقرأ بالعربيّة

À partir de 5 ans
Auteur : Hanadi Dayya Éditeur : Asala

Cette collection, intitulée « Je lis en arabe » ou اقرأ بالعربية est composée de sept séries, de couleurs différentes. Elle a pour objectif d’introduire l’enfant à la lecture et d’en faire un lecteur autonome. Chaque série, mise en images par un illustrateur différent, comporte entre 5 et 8 petits livres numérotés et brochés. Sur chaque page, on trouve une illustration accompagnée d’une phrase entièrement vocalisée

HC

 

› Accédez à l'intégralité de la notice


S'abonner à Arabe (langue)